EconPapers    
Economics at your fingertips  
 

L’utilité sociale de la dépense publique

Philippe Batifoulier (), Denis Abecassis, Nicolas Da Silva (), Victor Duchesne and Leonard Moulin ()
Additional contact information
Denis Abecassis: EconomiX - UPN - Université Paris Nanterre - CNRS - Centre National de la Recherche Scientifique

CEPN Working Papers from HAL

Abstract: La dépense publique est dénigrée. Le débat public l'assimile à des mots comme « dette », « déficit », « gabegie », « trou (de la Sécu) », « fraude », etc.. On cherche à convaincre qu'il n'est pas d'autre orientation politique que de la réduire. Cette conception s'est naturalisée et appelle des politiques restrictives. Elle s'appuie sur des chiffres qui forgent un consensus médiatique. Pourtant, il n'existe aucun consensus scientifique pour affirmer qu'un niveau de 57 % du PIB de dépense publique en France serait trop. On laisse entendre, ce qui est faux, que la dépense publique goberait 57 % du PIB, ne laissant que 43 % à la dépense privée (qui en représente en réalité 265 %). Le comptage par rapport au PIB relève d'une convention statistique qui oriente l'opinion car ni la dépense publique ni la dépense privée ne sont des composantes du PIB. L'affirmation que « La dépense publique en France ne cesse d'augmenter » est inexacte, elle baisse à certaines périodes (1995-2007), mais augmente à d'autres (après la crise des subprimes). La critique de la dépense publique est ancienne (voir les débats de 1949 sur la Sécurité sociale), avec les mêmes arguments échangés depuis cette période. Le niveau de dépense publique n'est pas un problème technique mais relève d'un choix de société. Les ménages, qui sont les premiers bénéficiaires de la dépense publique (salaires versés en contrepartie de la production des fonctionnaires, prestations sociales en nature et en espèce, etc.), comme les entreprises, également bénéficiaires de la dépense publique (solvabilisation des ménages, marchés publics, etc.), résistent aux baisses qui leur porte préjudice. S'il convient de rechercher toutes sources d'économie et de mettre en concurrence la dépense publique et la dépense privée dans des secteurs où la réduction voulue de la dépense publique ne supprime pas les besoins, la baisse arbitraire de certaines dépenses publiques anémie l'activité économique et provoque un appauvrissement collectif et une dégradation du service public. Il en est ainsi de la réduction du nombre de fonctionnaires (policiers, enseignants, ect.), mais aussi des baisses de commandes envers les entreprises, etc. Parce qu'elle est directement connectée aux besoins prioritaires de la population, la dépense publique est constitutive du bien être individuel et collectif, et concourt à la cohésion sociale. Ainsi, l'évaluation du bien-être non plus par le PIB mais par l'état de santé, critère primordial aux yeux des populations, montre que, pour les pays qui s'y sont soumis, la réduction des dépenses publiques détériore l'état de santé. De même, en alimentant les inégalités, la contraction de la dépense publique joue un rôle négatif sur la santé. La dépense publique produit donc du PIB, et elle produit également de la santé et du bien-être. En matière de santé comme d'enseignement supérieur, avec des mécanismes différents, la baisse de la dépense publique invite les individus à se tourner vers le secteur privé. C'est le cas de deux secteurs fondamentaux comme la santé et l'éducation qui connaissent une pluralité de processus de privatisations (en termes de financement et de délivrance des biens et services. Ces privatisations conduisent notamment à une hausse de la dépense publique que l'on cherche pourtant à réduire. Ce paradoxe s'explique par une hausse de la dépense privée plus élevée que la dépense publique qu'elle remplace. Lorsque la Sécurité sociale se retire, les prix ne sont plus maîtrisés et les frais de gestion des acteurs privés sont bien plus élevés que ceux de la Sécurité sociale. L'exemple des frais d'inscription à l'université relève de la même logique dispendieuse car l'augmentation des frais d'inscription conduit à une baisse des subventions publiques et à une explosion de la dette étudiante appelant une consolidation par l'argent public (Royaume-Uni, USA,…).. Remplacer la dépense publique par la dépense privée est à la fois plus inégalitaire — les effets d'éviction sont accrus — et plus coûteux, aussi bien pour la dépense et la dette privée (1200 milliards de $ de dette étudiante aux USA) que pour la dépense publique. Si toute dépense publique n'est pas bonne en soi, il n'existe pas de motifs sérieux pour baisser la dépense publique lorsque celle-ci répond à un besoin de la population

Keywords: santé; Dépense publique; éducation (search for similar items in EconPapers)
New Economics Papers: this item is included in nep-hme
Date: 2016-10
Note: View the original document on HAL open archive server: https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01421197
References: View references in EconPapers View complete reference list from CitEc
Citations: Track citations by RSS feed

Published in [Rapport de recherche] Centre Henri Aigueperse UNSA-éducation 2016, 334 p

Downloads: (external link)
https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01421197/document (application/pdf)

Related works:
This item may be available elsewhere in EconPapers: Search for items with the same title.

Export reference: BibTeX RIS (EndNote, ProCite, RefMan) HTML/Text

Persistent link: https://EconPapers.repec.org/RePEc:hal:cepnwp:hal-01421197

Access Statistics for this paper

More papers in CEPN Working Papers from HAL
Bibliographic data for series maintained by CCSD ().

 
Page updated 2019-07-20
Handle: RePEc:hal:cepnwp:hal-01421197