EconPapers    
Economics at your fingertips  
 

L’investissement joue à « cash-cash »

Elena Stancanelli, Valérie Chauvin (), Guillaume Chevillon, Odile Chagny, Hélène Baudchon, Gaël Dupont, Catherine Mathieu (), Christine Rifflart, Danielle Schweisguth, Hervé Péléraux, Mathieu Plane, Xavier Timbeau (), Eric Heyer (), Matthieu Lemoine (), Paola Veroni, Amel Falah and Sabine Le Bayon
Additional contact information
Elena Stancanelli: Théorie économique, modélisation et applications
Guillaume Chevillon: Centre de Recherche en Économie et Statistique (GENES)
Odile Chagny: Centre Etudes & Prospective (Groupe Alpha)
Hélène Baudchon: BNP Paribas
Christine Rifflart: Observatoire français des conjonctures économiques
Danielle Schweisguth: Observatoire français des conjonctures économiques
Hervé Péléraux: Observatoire français des conjonctures économiques
Paola Veroni: Observatoire français des conjonctures économiques
Sabine Le Bayon: Observatoire français des conjonctures économiques

Sciences Po publications from Sciences Po

Abstract: La rentabilité des entreprises s’est nettement redressée en 2003 et 2004. Amorcée aux États-Unis l’année dernière, la croissance des profits a cependant gagné l’Europe avec un temps de retard. Alors que la rentabilité semble avoir atteint un pic outre-Atlantique au troisième trimestre 2004, elle se poursuit avec vigueur en Europe qui devrait rattraper, puis dépasser à la fin 2004, les États-Unis. L’effet du cycle de productivité, plus précoce aux États-Unis du fait d’une reprise antérieure à celle de l’Europe, explique ce ciseau. Le rebond du taux d’investissement productif entamé au début de l’année 2003 aux États-Unis n’est pas encore visible dans la zone euro. Cependant, même aux États-Unis, les profits augmentent plus rapidement que l’investissement. Les taux d’autofinancement s’améliorent donc de part et d’autre de l’Atlantique, ce qui explique le moindre recours des SNF au financement externe. Les entreprises utilisent une part importante de leurs liquidités au désendettement, à la distribution de dividendes ou au rachat d’actions. En contrepartie, la qualité de la dette des sociétés s’est fortement améliorée, réduisant les primes de risque et encourageant l’offre de crédit bancaire à des coûts de plus en plus faibles. Cette position attentiste des entreprises profite plus aux marchés obligataires, rassurés par la diminution des risques, qu’aux marchés d’actions pénalisés en 2004 par la hausse des prix du pétrole et le manque de projets d’investissements. La sous-évaluation des cours boursiers européens, au regard des profits dégagés par les entreprises, et l’abondance de liquidités pourraient conduire à des opérations de rachat et à une augmentation de la valorisation boursière des marchés. L’augmentation de la capitalisation boursière faciliterait alors la croissance de l’investissement.

Keywords: Rentabilité; Entreprise; Investissement (search for similar items in EconPapers)
Date: 2004-10
References: Add references at CitEc
Citations: Track citations by RSS feed

Published in Revue de l'OFCE, 2004, pp.193-202

Downloads: (external link)
https://spire.sciencespo.fr/hdl:/2441/2442/resourc ... joue-a-cash-cash.pdf (application/pdf)

Related works:
This item may be available elsewhere in EconPapers: Search for items with the same title.

Export reference: BibTeX RIS (EndNote, ProCite, RefMan) HTML/Text

Persistent link: https://EconPapers.repec.org/RePEc:spo:wpmain:info:hdl:2441/2442

Access Statistics for this paper

More papers in Sciences Po publications from Sciences Po Contact information at EDIRC.
Bibliographic data for series maintained by Spire @ Sciences Po Library ().

 
Page updated 2019-07-14
Handle: RePEc:spo:wpmain:info:hdl:2441/2442