EconPapers    
Economics at your fingertips  
 

Le référendum britannique du 23 juin 2016: un saut dans l'inconnu

Catherine Mathieu ()

Sciences Po publications from Sciences Po

Abstract: Le 23 juin 2016, les Britanniques ont décidé (par 52 % contre 48 %) de sortir de l’Union européenne (UE). Après avoir longtemps critiqué le fonctionnement de l’UE et les contraintes qu’il faisait porter sur le Royaume-Uni, David Cameron avait obtenu, le 19 février 2016, un accord censé permettre le maintien du Royaume-Uni dans l’UE, mais cela n’a pas suffi à convaincre les électeurs. Plus que des arguments économiques, c’est le souci des Britanniques de préserver (ou de retrouver) leur souveraineté politique qui a compté. La sortie de l’UE est, pour reprendre l’expression de David Cameron, « un saut dans l’inconnu », et l’on ne peut qu’élaborer des scénarios sur la base d’hypothèses quant à l’issue des négociations qui vont s’engager avec l’Union européenne : scénario rose où les deux parties voudront maintenir au maximum les liens existants, scénario noir où l’UE voudrait faire un exemple et le Royaume-Uni deviendrait un paradis fiscal et réglementaire. À la mi juillet, force est de constater que le Royaume-Uni n’a pas encore décidé de sortir formellement de l’UE (en activant l’article 50), et ne le fera vraisemblablement pas avant septembre. Les démissions des leaders du camp du Brexit et l’évolution de la situation politique entretiennent un grand flou sur la mise en place de négociations : la livre a chuté de plus de 10 % par rapport à l’euro, et de 12 % par rapport au dollar et risque de ne pas se stabiliser avant la clarification de la position britannique. Il semble que l’on entre dans un scénario gris dont on ne connaît pas à ce jour les nuances. À court terme, selon les hypothèses retenues, l’impact d’un Brexit pourrait être légèrement négatif pour l’économie britannique de l’ordre, de -0,2 point de PIB en 2016 selon le NIESR (2016a), mais pourrait atteindre plusieurs points de PIB à l’horizon de deux ans selon les scénarios, le Trésor britannique (2016a) ayant envisagé les scénarios les plus noirs (-3,6 % à -6 %). À long terme, l’impact économique d’une sortie du Royaume-Uni serait franchement négatif (notamment selon le Trésor britannique), mais les hypothèses de forte baisse du commerce britannique sont sans doute exagérées.

Keywords: Grande Bretagne; Referendum; Brexit (search for similar items in EconPapers)
Date: 2016-07
References: Add references at CitEc
Citations: Track citations by RSS feed

Published in OFCE Policy Brief, 2016, pp.1-8

Downloads: (external link)
https://spire.sciencespo.fr/hdl:/2441/3plhnm7hnk97 ... tannique-mathieu.pdf (application/pdf)

Related works:
This item may be available elsewhere in EconPapers: Search for items with the same title.

Export reference: BibTeX RIS (EndNote, ProCite, RefMan) HTML/Text

Persistent link: https://EconPapers.repec.org/RePEc:spo:wpmain:info:hdl:2441/3plhnm7hnk97ub1iocuaq1tale

Access Statistics for this paper

More papers in Sciences Po publications from Sciences Po Contact information at EDIRC.
Bibliographic data for series maintained by Spire @ Sciences Po Library ().

 
Page updated 2019-07-21
Handle: RePEc:spo:wpmain:info:hdl:2441/3plhnm7hnk97ub1iocuaq1tale