EconPapers    
Economics at your fingertips  
 

Chômage à durée indéterminée

Marion Cochard, Eric Heyer (), Sabine Le Bayon, Catherine Mathieu (), Paola Veroni, Christine Rifflart and Danielle Schweisguth
Additional contact information
Sabine Le Bayon: Observatoire français des conjonctures économiques
Paola Veroni: Observatoire français des conjonctures économiques
Christine Rifflart: Observatoire français des conjonctures économiques
Danielle Schweisguth: Observatoire français des conjonctures économiques

Sciences Po publications from Sciences Po

Abstract: La chute de 4,7 % du PIB de l’OCDE entre le premier trimestre 2008 et le deuxième trimestre 2009 s’est accompagnée de destructions massives d’emplois. Mais l’ajustement de l’emploi à l’activité est apparu très hétérogène entre les sept pays étudiés (France, Allemagne, Italie, Espagne, Royaume-Uni, États-Unis, Japon). Les destructions d’emplois ont été très rapides et marquées aux États-Unis et en Espagne, un peu moins au Japon et au Royaume-Uni, et relativement limitées en France, en Italie et en Allemagne Afin de faire le point sur l’évolution récente du cycle de productivité, nous avons estimé des équations d’emploi dans ces sept pays. Les pays se distinguent non seulement par leur productivité tendancielle (très faible en Espagne et en Italie par rapport aux autres pays) mais aussi par la vitesse d’ajustement de l’emploi à l’activité. Les délais moyens d’ajustement (DMA) de l’emploi à l’activité varient de 1,1 trimestre pour l’Espagne à 8 trimestres pour le Japon. Les États-Unis, le Royaume-Uni et la France ont des DMA plus courts que l’Allemagne et l’Italie. Ces délais sont en cohérence avec la réalité observée récemment sur les divers marchés du travail. On observe néanmoins dans la plupart des pays un sur-ajustement de l’emploi dû à la flexibilisation croissante des marchés du travail. Seule l’Allemagne se démarque nettement avec un faible ajustement de l’emploi, en raison du chômage partiel encouragé par les mesures gouvernementales Face à la hausse rapide du taux de chômage, la réponse des gouvernements est apparue bien timide, puisqu’ils n’ont consacré qu’une faible part des plans de relance d’activité aux mesures de soutien à l’emploi et aux dispositifs financiers destinés aux chômeurs. La faiblesse des montants en jeu concernant les mesures de soutien à l’emploi limite leur impact. Par ailleurs, à l’exception de l’Espagne, la productivité apparente du travail est dégradée. On assisterait donc à l’horizon de la prévision à un retour du cycle de productivité vers son niveau d’équilibre et donc à la poursuite de la hausse des taux de chômage.

Keywords: Politiques du marché du travail; Travail; Productivité (search for similar items in EconPapers)
Date: 2009-10
References: Add references at CitEc
Citations: Track citations by RSS feed

Published in Revue de l'OFCE, 2009, pp.303-330

Downloads: (external link)
https://spire.sciencespo.fr/hdl:/2441/5l6uh8ogmqil ... ree-indeterminee.pdf (application/pdf)

Related works:
This item may be available elsewhere in EconPapers: Search for items with the same title.

Export reference: BibTeX RIS (EndNote, ProCite, RefMan) HTML/Text

Persistent link: https://EconPapers.repec.org/RePEc:spo:wpmain:info:hdl:2441/5l6uh8ogmqildh09h4u9n0tb2

Access Statistics for this paper

More papers in Sciences Po publications from Sciences Po Contact information at EDIRC.
Bibliographic data for series maintained by Spire @ Sciences Po Library ().

 
Page updated 2019-10-19
Handle: RePEc:spo:wpmain:info:hdl:2441/5l6uh8ogmqildh09h4u9n0tb2