EconPapers    
Economics at your fingertips  
 

La Grèce sur la corde raide: Étude spéciale

Céline Antonin, Raul Sampognaro, Xavier Timbeau () and Sébastien Villemot ()
Additional contact information
Raul Sampognaro: Observatoire français des conjonctures économiques

Sciences Po publications from Sciences Po

Abstract: Depuis l’élection de Syriza fin janvie r 2015, la crise grecque est de nouveau sous les feux de l’actualité. La volonté de s dirigeants de Syriza de rompre avec le programme d’austérité imposé par la troï ka a donné lieu à une négociation âpre, qui a débouché sur un premier accord av ec l’Eurogroupe, le 20 février 2015. Cet accord, conditionné à des réformes qui ne sont pas encore négociées, n’a pour l’instant pas permis à la Grèce de recevo ir la tranche de 7, 2 milliards d’euros promise, alors même que les échéances de remboursement de dette publique se succèdent, rendant à chaque fois le risque de défaut plus important. Sur l’ensemble de l’année 2015, le gouverneme nt grec doit faire face à 15 milliards d'euros d’échéances de moyen et long term e, hors charges d’intérêts, sans compter ses dépenses courantes, alors même que les recettes fiscales se réduisent sous l’effet de l’incertitude, de la panique bancaire ( bank run ) et de la fuite de capitaux. Étant donnée la forte incertitude qui règne, il est très difficile de prévoir ce qui va se passer dans quelques semaines. Cette étude se fixe un objectif différent. Il s’agit ainsi d’analyser la situation conj oncturelle, budgétaire et bancaire de la Grèce début 2015. Après avoir procédé à cette analyse, nous nous intéressons, d’un point de vue prospect if, aux conséquences potent ielles d’une sortie de la Grèce de la zone euro. Enfin, nous nous attachons à décrire plusieurs scénarios macroéconomiques possibles, à long term e (horizon 2050) si la Grèce reste dans la zone euro, afin d’éclairer les enjeux d’une négociation ouverte sur la trajectoire budgétaire et la question de la dette. De cette comparaison, nous tirons la conclu- sion que le scénario le plus raisonna ble est celui d'une restructuration avec réduction significative de la valeur présente de la dette publique, car lui seul permet de diminuer sensible ment la probabilité de sortie de l’euro, ce qui est non seulement dans l’intérêt de la Grèce mais aussi de la zone euro dans son ensemble. En outre, ce scénario diminuerait l’ampl eur de la dévaluatio n intérieure néces- saire pour stabiliser la position extérieu re grecque. Si l’Eurogroupe refusait le principe d’une restructuration de la dette grecque, un nouveau programme d’aide devrait être accordé, et ceci dans des dé lais brefs afin d’interrompre la crise de confiance en cours. Ce plan devrait mobilis er autour de 95 milliards d’euros et son succès resterait tributaire des surplus budgétaires primaires conséquents que la Grèce devra produire au cours des prochaines décennies, alors même que la résorption des déséquilibres exte rnes ne serait pas assurée.

Keywords: Crise grecque; Dette publique; Eurogroupe; Panique bancaire (bank run); Fuite de capitaux; Zone Euro (search for similar items in EconPapers)
Date: 2015-05
References: Add references at CitEc
Citations: Track citations by RSS feed

Published in Revue de l'OFCE, 2015, pp.223-263

Downloads: (external link)
https://spire.sciencespo.fr/hdl:/2441/demceh1ea8a7 ... r-la-corde-raide.pdf (application/pdf)

Related works:
This item may be available elsewhere in EconPapers: Search for items with the same title.

Export reference: BibTeX RIS (EndNote, ProCite, RefMan) HTML/Text

Persistent link: https://EconPapers.repec.org/RePEc:spo:wpmain:info:hdl:2441/demceh1ea8a7rkna969ream29

Access Statistics for this paper

More papers in Sciences Po publications from Sciences Po Contact information at EDIRC.
Bibliographic data for series maintained by Spire @ Sciences Po Library ().

 
Page updated 2021-09-14
Handle: RePEc:spo:wpmain:info:hdl:2441/demceh1ea8a7rkna969ream29