EconPapers    
Economics at your fingertips  
 

Perspectives à moyen terme des finances sociales

Gérard Cornilleau (), Damien Échevin (), Xavier Timbeau () and Jacques Le Cacheux ()

Revue de l'OFCE, 1996, vol. 56, issue 1, 7-43

Abstract: [eng] The crisis of the social security system is a recurrent theme of the political and social agenda in France. After the 1993's recession an important deficit surged again. A new debate started about the long term of the system. Some people argue that the cost of the social security system is not sustainable in the future and they propose to put a strict limit to the growth rate of social expenses by reducing the extend of the system and concentrating the benefits on the less favored part of the population. This evolution would oblige the healthiest to find individual solutions through private retirement plans and private health plans. But the long term prospects show that the financial equilibrium of the system could be reached with a limited increase in the contributions : if the growth rate of the economy reached 2 % per year from 1995 to 2002, the financial shortage would amount of only 1.5 point of General Social Contribution (CSG in French). So, the need for a fundamental change in the general framework of the system is not obvious at all. The reform decided by the government in November 1995, reinforces the basic choice of a universal Social security system and does not make any important change in the general design of the system. As a consequence, it consists in an increase in contributions and in an attempt to reduce the cost of health insurance without reducing benefits. But, on the contribution side, the effort weighs more on some categories than on some others (specially retired people and families with children). The fairness of the reform is not clearly established and the need for a general fiscal reform exist. This new reform would aimt at clarifying and increasing the fairness of the distribution of contributions over the social categories. [fre] La crise de la Sécurité sociale est un thème récurent du débat économique et social en France. Après la période 1991-93 de faible croissance économique un déficit financier important est réapparu dont une cause essentielle fut le ralentissement même de la croissance. Il a entraîné un débat sur l'avenir à long terme de la protection sociale dont certains pensent que le coût devient de plus en plus insupportable. En conséquence, ils préconisent d'abandonner le principe d'universalité qui caractérise le système français et de redéployer les moyens disponibles sur les plus défavorisés tout en fixant une limite stricte à la croissance des dépenses. La réduction de la protection pour tous qui en résulterait, obligerait alors les plus favorisés à chercher des solutions individuelles : capitalisation pour la retraite, assurances privées pour la maladie. Cependant, l'analyse des tendances à moyen terme des dépenses de la Sécurité sociale montre que l'effort nécessaire pour équilibrer les régimes existants est relativement modeste à l'horizon de 2002 : avec une croissance moyenne de l'ordre de 2 %, le besoin de financement des régimes serait l'équivalent d'environ 1,5 point de CSG. Les changements véritablement nécessaires concernent donc uniquement les régimes de retraite dont l'équilibre sera rompu avec le contre- choc démographique des années 2005-2010. Dans ce domaine la réforme de 1993 n'a pas permis de résoudre tous les problèmes et un débat sur le niveau souhaitable des taux de remplacement des retraites reste nécessaire. Il n'implique pas la remise en cause du principe de base de la protection sociale française fondée sur la solidarité entre les catégories sociales et les générations. La réforme décidée en novembre 1995 par le gouvernement confirme les choix fondamentaux de la protection sociale, en privilégiant la hausse des prélèvements et la recherche d'économies dans le fonctionnement du système de production de soins, plutôt que la réduction du champ de la couverture sociale. Toutefois, l'effort n'est pas équi-réparti et certaines catégories sont plus mises à contribution que d'autres (familles, chômeurs et retraités notamment) sans que les choix adoptés puissent se justifier du point de vue de l'équité. La nécessité d'une réforme fiscale d'ensemble apparaît indispensable pour qu'à l'avenir le partage du financement de la protection sociale soit à la fois plus clair et plus juste.

Date: 1996
Note: DOI:10.3406/ofce.1996.1414
References: Add references at CitEc
Citations: Track citations by RSS feed

Downloads: (external link)
https://doi.org/10.3406/ofce.1996.1414 (text/html)
https://www.persee.fr/doc/ofce_0751-6614_1996_num_56_1_1414 (text/html)

Related works:
This item may be available elsewhere in EconPapers: Search for items with the same title.

Export reference: BibTeX RIS (EndNote, ProCite, RefMan) HTML/Text

Persistent link: https://EconPapers.repec.org/RePEc:prs:rvofce:ofce_0751-6614_1996_num_56_1_1414

Access Statistics for this article

Revue de l'OFCE is currently edited by Observatoire Français des Conjonctures Economiques, Presses de Sciences-Po

More articles in Revue de l'OFCE from Programme National Persée
Bibliographic data for series maintained by Equipe PERSEE ().

 
Page updated 2020-02-20
Handle: RePEc:prs:rvofce:ofce_0751-6614_1996_num_56_1_1414