EconPapers    
Economics at your fingertips  
 

Ressorts financiers et géopolitiques de l’huile de palme

Jean-Marc Roda ()

Chapter 8 in Le Déméter 2018 - Huiles végétales: Enjeux, marchés et controverses, 2018, vol. 2018, pp 109-122 from CIRAD, Forest department, UPR40

Abstract: la production et la consommation d’huiles végétales ont décuplé entre les années 1961 et 2014. Au cours de cette période, et en particulier à partir des années 1990, quatre huiles s’imposent sur le marché mondial, à savoir celles issues du soja, du colza, du tournesol et du palmier à huile. Alors qu’elles ne représentaient que 43% de la production mondiale (en tonnage) en 1961 – lorsque les huiles de coton et d’arachide demeuraient encore des fractions très importantes –, la part de ces huiles a atteint 84% en 2014, formant un quadripôle sans précédent, en constante augmentation absolue et relative. Pendant très longtemps, l’huile de soja est demeurée la première huile végétale mondiale. A partir de 1965, l’huile d’arachide cède la seconde place à celle de tournesol. L’huile de palme ravit la seconde place en 1981, et finalement l’huile de tournesol passe derrière le colza en 1987. L’huile de palme a graduellement érodé les parts de marchés de ses concurrentes pour finalement s’imposer en 2005, devant le soja, comme première huile végétale au monde1. L’intensification récente du débat médiatique autour de ces huiles dans les domaines de la santé, de l’environnement, de l’énergie ou du changement climatique, se doit également d’être interprétée au regard des dynamiques commerciales et financières qui sous-tendent ces évolutions. La mondialisation du marché des huiles végétales passe de plus en plus par le Sud, portée par de nouveaux acteurs industriels très flexibles qui incluent des conglomérats d’entreprises du Sud déjà mondialisées ou en voie de le devenir. Ainsi, deux modèles de capitalisme s’affrontent sur un terrain mouvant : d’une part, un modèle de financiarisation et de spéculation qui tend à essayer de contrôler les secteurs agricoles, et d’autre part, un modèle de capitalisme « amibien » qui peut s’adapter à toutes les contraintes politiques et économiques et aux risques inhérents.

Date: 2018
References: Add references at CitEc
Citations: Track citations by RSS feed

Downloads: (external link)
https://club-demeter.membogo.com/fr/le-demeter/article/11339 (text/html)

Related works:
This item may be available elsewhere in EconPapers: Search for items with the same title.

Export reference: BibTeX RIS (EndNote, ProCite, RefMan) HTML/Text

Persistent link: https://EconPapers.repec.org/RePEc:epf:ecchap:12

Access Statistics for this chapter

More chapters in Selected Book Chapters from CIRAD, Forest department, UPR40 Contact information at EDIRC.
Bibliographic data for series maintained by JM Roda ().

 
Page updated 2021-05-05
Handle: RePEc:epf:ecchap:12