EconPapers    
Economics at your fingertips  
 

Politiques monétaires: est-ce le début de la fin ?

Céline Antonin (), Christophe Blot (), Paul Hubert (), Fabien Labondance (), Catherine Mathieu (), Christine Rifflart () and Vincent Touzé ()
Additional contact information
Céline Antonin: OFCE - OFCE - Sciences Po - Sciences Po
Christine Rifflart: OFCE - OFCE - Sciences Po - Sciences Po

Post-Print from HAL

Abstract: Depuis 2009, les principales banques centrales mettent en oeuvre des politiques monétaires expansionnistes afin de stimuler l'activité économique, réduire les risques de spirale déflationniste et soutenir le système financier. Ces politiques se sont traduites par des taux d'intérêt fixés à leur plus bas niveau ou presque et par des mesures non conventionnelles. L'amélioration récente du climat conjoncturel et la volonté affichée des banques centrales d'organiser le retrait progressif des mesures non conventionnelles posent la question d'une éventuelle normalisation des politiques monétaires. Pour autant, toute hausse des taux d'intérêt d'ici 2014 est exclue. En effet, le risque inflationniste est inexistant et la croissance anticipée trop modérée pour entraîner une baisse rapide du taux de chômage. Or, la Réserve fédérale et la Banque d'Angleterre ont conditionné un relèvement du taux d'intérêt à une cible de taux de chômage. Cette politique de communication (forward guidance ou orientation prospective) relative aux taux d'intérêt a pour objectif d'ancrer les anticipations de taux et de fournir par ce biais un soutien à la croissance. Cette stratégie accompagne l'ensemble des mesures non conventionnelles de nature plus quantitatives telles que les programmes d'achat de titre ou les opérations exceptionnelles de refinancement du système bancaire. La normalisation des opérations de politique monétaire passe par un retrait progressif de ces mesures non conventionnelles. Mais l'annonce de Ben Bernanke d'un éventuel ralentissement progressif du rythme des achats de titres par la Réserve fédérale a provoqué de la volatilité sur les marchés et une augmentation rapide des taux à long terme. Dès lors, les banques centrales doivent faire preuve d'une grande prudence afin d'éviter une normalisation trop hâtive des politiques monétaires. Ceci d'autant plus que les risques associés à ces mesures (développement de nouvelles bulles, indépendance des banques centrales ou risques inflationnistes) ne paraissent pas être aujourd'hui la principale menace dans les pays industrialisés (...).

Date: 2013-10
Note: View the original document on HAL open archive server: https://hal-sciencespo.archives-ouvertes.fr/hal-01072109
References: View references in EconPapers View complete reference list from CitEc
Citations: Track citations by RSS feed

Published in Revue de l'OFCE - Analyse et prévisions, 2013, pp.223-262

Downloads: (external link)
https://hal-sciencespo.archives-ouvertes.fr/hal-01072109/document (application/pdf)

Related works:
Working Paper: Politiques monétaires: est-ce le début de la fin ? (2013) Downloads
This item may be available elsewhere in EconPapers: Search for items with the same title.

Export reference: BibTeX RIS (EndNote, ProCite, RefMan) HTML/Text

Persistent link: https://EconPapers.repec.org/RePEc:hal:journl:hal-01072109

Access Statistics for this paper

More papers in Post-Print from HAL
Bibliographic data for series maintained by CCSD ().

 
Page updated 2019-07-05
Handle: RePEc:hal:journl:hal-01072109