EconPapers    
Economics at your fingertips  
 

Le piège de la déflation

Céline Antonin (), Christophe Blot (), Amel Falah (), Sabine Le Bayon (), Hervé Péléraux (), Christine Rifflart (), Xavier Timbeau (), Catherine Mathieu () and Mathieu Plane
Additional contact information
Céline Antonin: OFCE - OFCE - Sciences Po - Sciences Po
Amel Falah: OFCE - OFCE - Sciences Po - Sciences Po
Sabine Le Bayon: OFCE - OFCE - Sciences Po - Sciences Po
Hervé Péléraux: OFCE - OFCE - Sciences Po - Sciences Po
Christine Rifflart: OFCE - OFCE - Sciences Po - Sciences Po

Post-Print from HAL

Abstract: Depuis 2010, la plupart des pays industrialisés ont engagé une stratégie de réduction des déficits budgétaires. Cette stratégie a cassé la reprise naissante de l'économie mondiale et plongé à nouveau la zone euro en récession. L'austérité et la récession y furent en effet amplifiées par la crise des dettes souveraines et la forte hausse des taux d'intérêt. Si les efforts budgétaires se sont poursuivis en 2014, ils se sont néanmoins atténués dans la zone euro, ce qui avait laissé entrevoir une accélération de la croissance. La reprise escomptée ne s'est cependant pas matérialisée, à l'exception de l'Espagne. La France est restée en situation de stagnation et l'Italie en récession. Même l'Allemagne, principal moteur de la zone euro, donne des signes de ralentissement. Par conséquent, la divergence avec les États-Unis ou le Royaume-Uni devient de plus en plus grande. Même si l'austérité est moins importante en moyenne, elle reste significative pour certains pays, d'autant plus que les multiplicateurs sont élevés. En outre, si les taux nominaux ont baissé, les taux réels ont augmenté avec la chute des taux d'inflation. Enfin, l'appréciation de l'euro en 2013 a également réduit ou atténué les efforts faits pour améliorer la compétitivité dans la zone euro. Par ailleurs, la situation des banques porte encore les stigmates de la crise comme le reflète l'augmentation des créances douteuses dans de nombreux pays. Les bilans des agents non-financiers restent également dégradés, ce qui obère les perspectives de croissance. Cette situation s'avère d'autant plus dangereuse que le risque déflationniste se précise. Les forces qui pourront conduire la zone euro vers la déflation sont à l'oeuvre. Le chômage de masse contraint la dynamique des salaires. Les dévaluations internes sont encouragées car elles sont perçues comme un outil pour regagner en compétitivité et retrouver le chemin de la croissance. Elles conduisent cependant des pays fortement intégrés commercialement à s'engager dans une course sans fin et dangereuse.

Keywords: déflation (search for similar items in EconPapers)
Date: 2014-10
Note: View the original document on HAL open archive server: https://hal-sciencespo.archives-ouvertes.fr/hal-01093020v2
References: View references in EconPapers View complete reference list from CitEc
Citations: Track citations by RSS feed

Published in Revue de l'OFCE, Presses de Sciences Po, 2014, pp.7 - 95

Downloads: (external link)
https://hal-sciencespo.archives-ouvertes.fr/hal-01093020v2/document (application/pdf)

Related works:
This item may be available elsewhere in EconPapers: Search for items with the same title.

Export reference: BibTeX RIS (EndNote, ProCite, RefMan) HTML/Text

Persistent link: https://EconPapers.repec.org/RePEc:hal:journl:hal-01093020

Access Statistics for this paper

More papers in Post-Print from HAL
Bibliographic data for series maintained by CCSD ().

 
Page updated 2019-09-28
Handle: RePEc:hal:journl:hal-01093020