EconPapers    
Economics at your fingertips  
 

Les PSE-eau à Madagascar: une gouvernance à deux vitesses

Aurélie Toillier (), Fano Andriamahefazafy, Louison Cahen-Fourot, Georges Serpantié () and Philippe Méral ()
Additional contact information
Aurélie Toillier: UMR Innovation - Innovation et Développement dans l'Agriculture et l'Agro-alimentaire - Cirad - Centre de Coopération Internationale en Recherche Agronomique pour le Développement - INRA - Institut National de la Recherche Agronomique - Montpellier SupAgro - Institut national d’études supérieures agronomiques de Montpellier - Institut Agro - Institut national d'enseignement supérieur pour l'agriculture, l'alimentation et l'environnement
Fano Andriamahefazafy: Faculté des Sciences et C3EDM - Université d'Antananarivo
Georges Serpantié: GRED - Gouvernance, Risque, Environnement, Développement - UPVM - Université Paul-Valéry - Montpellier 3 - IRD [France-Sud] - Institut de Recherche pour le Développement - Montpellier SupAgro - Institut national d’études supérieures agronomiques de Montpellier - Institut Agro - Institut national d'enseignement supérieur pour l'agriculture, l'alimentation et l'environnement
Philippe Méral: GRED - Gouvernance, Risque, Environnement, Développement - UPVM - Université Paul-Valéry - Montpellier 3 - IRD [France-Sud] - Institut de Recherche pour le Développement - Montpellier SupAgro - Institut national d’études supérieures agronomiques de Montpellier - Institut Agro - Institut national d'enseignement supérieur pour l'agriculture, l'alimentation et l'environnement

Working Papers from HAL

Abstract: A Madagascar, on observe l'émergence de plusieurs petits projets de PSE pour la gestion de bassin-versant, portés par différentes ONG. Malgré cette dynamique, il n'existe toujours pas de politique publique concernant des paiements pour services hydrologiques au niveau national. Les organismes d'Etat se structurent lentement mais des PSE eau à petite échelle semblent se développer, non sans rencontrer des obstacles. Ce papier vise à interroger cette « gouvernance à deux vitesses » : pourquoi n'y a-t-il pas d'urgence à organiser la vente des services hydrologiques au niveau national, comme c'est le cas pour le carbone ? Dans un tel contexte, comment les ONG parviennent-elles à créer des PSE au niveau local ? De quels outils disposent-elles ? Peut-on parler d'un nouveau mode de gouvernance de l'eau ? Notre hypothèse est que, dans un contexte politique confus et instable, l'approche par les PSE vient mettre en évidence les lacunes de la gouvernance de l'eau et permet d'observer les mécanismes de régulation que les acteurs mettent en place pour surmonter ou contourner les blocages rencontrés. Lien: http://www.serena-anr.org/PDF/TOILLIER_WP2011_11.PDF

Keywords: Paiements pour service écologique; Paiements pour services environnementaux; Services écosystémiques; économie écologique; Madagascar (search for similar items in EconPapers)
Date: 2011
Note: View the original document on HAL open archive server: https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01373259
References: Add references at CitEc
Citations: Track citations by RSS feed

There are no downloads for this item, see the EconPapers FAQ for hints about obtaining it.

Related works:
This item may be available elsewhere in EconPapers: Search for items with the same title.

Export reference: BibTeX RIS (EndNote, ProCite, RefMan) HTML/Text

Persistent link: https://EconPapers.repec.org/RePEc:hal:wpaper:hal-01373259

Access Statistics for this paper

More papers in Working Papers from HAL
Bibliographic data for series maintained by CCSD ().

 
Page updated 2022-01-19
Handle: RePEc:hal:wpaper:hal-01373259