EconPapers    
Economics at your fingertips  
 

Politiques monétaires: l’immobilisme en mouvement

Elena Stancanelli, Valérie Chauvin (), Guillaume Chevillon, Odile Chagny, Helene Baudchon, Gaël Dupont, Catherine Mathieu (), Christine Rifflart, Danielle Schweisguth, Hervé Péléraux, Mathieu Plane, Xavier Timbeau (), Eric Heyer (), Matthieu Lemoine (), Paola Veroni, Amel Falah and Sabine Le Bayon
Additional contact information
Elena Stancanelli: Théorie économique, modélisation et applications
Guillaume Chevillon: Observatoire français des conjonctures économiques
Odile Chagny: Observatoire français des conjonctures économiques
Helene Baudchon: Observatoire français des conjonctures économiques
Christine Rifflart: Observatoire français des conjonctures économiques
Danielle Schweisguth: Observatoire français des conjonctures économiques
Hervé Péléraux: Observatoire français des conjonctures économiques
Paola Veroni: Observatoire français des conjonctures économiques
Sabine Le Bayon: Observatoire français des conjonctures économiques

Sciences Po publications from Sciences Po

Abstract: Après une longue période d’attentisme des politiques monétaires, les banques centrales doivent accompagner avec doigté la reprise (confirmée aux États-Unis et au Royaume-Uni, naissante au Japon et balbutiante en Europe). La patience et la prudence s’imposent, le temps que les effets passés des politiques accommodantes se diffusent encore dans l’économie. Si la sphère financière est prête, avec le fonctionnement de tous les canaux de transmission de la politique monétaire, la sphère réelle a besoin d’être encore soutenue. En l’absence de demande, l’accès retrouvé aux marchés financiers n’est en effet pas d’une grande utilité. De plus, si la politique monétaire a désormais les mains libres du côté des marchés de capitaux et du crédit (à l’exception peut-être du marché des obligations publiques) et de la situation financière des entreprises, elle a toujours les mains liées par la situation financière des ménages. Elle ne peut donc se permettre de remonter trop vite ses taux. On ne doit donc pas s’attendre à des changements radicaux de politique monétaire à l’horizon 2005. Les resserrements se déclineraient selon une gamme allant d’une remontée nette mais prudente de la Réserve fédérale (+ 1,25 point de pourcentage d’ici la fin 2005) et de la Banque d’Angleterre (+ 1 point au maximum), un geste symbolique de la BCE (+ 0,25 point en 2005) et au statu quo de la Banque du Japon.

Keywords: Politique monétaire; Sphère financière; Marché financier (search for similar items in EconPapers)
JEL-codes: F01 E4 E5 (search for similar items in EconPapers)
Date: 2004-04
References: Add references at CitEc
Citations: Track citations by RSS feed

Published in Revue de l'OFCE, 2004, pp.163-182

Downloads: (external link)
https://spire.sciencespo.fr/hdl:/2441/1750/resourc ... sme-en-mouvement.pdf (application/pdf)

Related works:
This item may be available elsewhere in EconPapers: Search for items with the same title.

Export reference: BibTeX RIS (EndNote, ProCite, RefMan) HTML/Text

Persistent link: https://EconPapers.repec.org/RePEc:spo:wpmain:info:hdl:2441/1750

Access Statistics for this paper

More papers in Sciences Po publications from Sciences Po Contact information at EDIRC.
Bibliographic data for series maintained by Spire @ Sciences Po Library ().

 
Page updated 2019-10-22
Handle: RePEc:spo:wpmain:info:hdl:2441/1750